les maisons du monde

Ce n'est ni une exposition sur l'architecture, ni sur l'ethnologie, pas plus une histoire ou une géographie de l'habitat, mais un peu tout cela à la fois. L'exposition « Les Maisons du monde » nous propose de comprendre ce que l'on appelle l'architecture vernaculaire, mot savant qui désigne tout simplement les constructions locales lorsque ce sont les habitants qui se retroussent les manches et s'y mettent. Certains parlent d'auto-construction, de maisons sans architectes.


Quoiqu'il en soit des termes, notre projet est de proposer un parcours planétaire sur les différentes formes d'habitat liées aux traditions, religions et croyances, relations sociales, matrimoniales, etc. et qui démontrent une fois de plus le génie adaptatif de notre espèce. L'architecture vernaculaire, gardons ce terme, prend en compte ces critères humains, mais aussi les matériaux disponibles, les savoir-faire, les contraintes climatiques, ce de quoi il faut se protéger en premier (températures, inondations, risques sismiques, vents, prédateurs…).


Cet habitat, pour traditionnel qu'il soit, n'est pas "primitif" mais, toujours contemporain, il est sans cesse actualisé car les conditions qui l'ont vu naître se modifient et l'homme ne cesse jamais de s'adapter. Les bidonvilles et l'art de la récup en sont une illustration immédiate.
 
9-15 ans

12 panneaux, format 60 x 120 cm

location : 3 semaines 790 €
vente : affiches nues 850 €
version plastifiée souple 1 120 €
version sur bâche M1 1 380 €


crédits : textes : *voir page 1
illustrations : David Fabro